Ratchet & Clank: intergalactic conspiracy - Chapter 20

Chapitre 20 : Un serveur m'a balancé !

Return to title page

Author: zywuxo

Date:
Comments: 0 comments
Views: 5 vues

Clank n'ayant pu obtenir plus d'informations de la part de Slim décida de se joindre à une table de jeu. Finalement s'il voulait mener à bien son enquête, il devait jouer ! Il choisit une table de pok-jack. Ah le pok-jack ! Un jeu devenue rare par sa simplicité tout en restant incroyablement complexe.
« Puis-je me joindre à vous, demanda le petit robot?
- Certainement, répondit le croupier robotique. Il me faudra juste une carte pour convertir vos crédits en jetons. »
Clank donna sa carte de l'Agence que le croupier s'empressa d'insérer dans son lecteur.
« Je vois que monsieur est de Solanna, dit-il. Le taux de change est de 1,50 contre 1. Vous voudriez commencer pour combien?
- Donnez-m’en pour 50.000. »
Notre ami s'assit à table et disposa tranquillement ses jetons. Les joueurs venaient d'horizons différents. Il y avait un Thugs-4-Less, un homme d'affaire Marcadian, un cadre de chez Mégacorp, un commerçant d'Asyanica, un banquier de Damosel et une humanoïde… ressemblant à si méprendre à la seconde de Christopher.
Chaque joueur jouait contre les autres et contre la banque. Toutefois les règles de jeux faisaient que des joueurs pouvaient s'associer entre eux contre un autre ou contre la banque; cette dernière restant neutre mais ayant d'autres atouts pour remporter les mises. Après quelques mains bien chanceuses, Clank commença à sympathiser avec le commerçant d'Asyanica.

« Eh bien monsieur, vous êtes en veine, dit le commerçant !
- Hi hi hi hi hi. Il faut croire que c'est une seconde nature chez moi. Vous n'êtes pas mal parti vous non plus.
- C'est bien vrai. Mais je vous avoue avoir commencé avec plus de jetons. Mes affaires marchent très bien en ce moment alors je me fais plaisir.
- Vraiment? Et dans quoi commercez-vous?
- Oh et bien je sous-traite pas mal de marchandises. Je suis en quelque sorte un grossiste.
- Et un grossiste en quoi?
- Eh bien je gère l'afflux de marchandises parallèlement au Marché actuel du court de l'armement, de… carte s'il vous plait, lâchât-il au croupier… d’objets d'arts prisés et de divers domaines. Je passe, répondit-il au croupier!
- Et toute votre marchandise a pu vous être livrée sans problèmes, demanda Clank? Non merci je passe, dit le robot au croupier. J'ai crus comprendre qu'il y avait des problèmes de distribution chez Mégacorp, chuchota Clank en se penchant vers son voisin.
- Eh bien je vous avoue qu'il faut mettre un certain prix pour être sûr d'avoir sa cargaison, répondit le commerçant. Les Thugs-4-Less sont fiable pour livrer ce qu'on demande malgré la crise actuelle. »

Pendant ce temps-là, au centre de surveillance du casino, la conversation entre Clank et le commerçant ne passa pas inaperçu. Le contrôleur de jeux, mis en alerte par son patron, ordonna à un groom d'aller chercher le petit robot.
« … et c'est donc comme ça que j'arrive encore à prospérer malgré cette crise, conclu le marchand.
- Vous avez réussi à tirer votre épingle du jeu si j'ose dire, ajouta Clank.
- Monsieur, je suis désolé de vous déranger mais il y a un holo-phone pour vous, chuchota un groom discrètement arrivé derrière le petit robot.
- Ah bon? De la part de qui, demanda sur ses gardes Clank?
- D'un certain capitaine Qwark.
- Il est ici pourtant. Nous sommes venus ensemble.
- Veuillez m'excuser, bafouilla le groom. Je ne fais qu'appliquer ce qu'on me dit. Et apparemment cela à l'air très urgent.
- Bon, eh bien dans ce cas je vous accompagne.
- Par ici monsieur. »

Clank pria la table de s'excuser de son absence et accompagna le groom vers les cabines holo-phoniques.
« Capitaine Qwark ici Clank. Qu'avez-vous de si important à me dire? Et puis pourquoi je ne reçois pas votre image? Qwark? Qwark ! »
Le petit robot reçut un coup à la tête avant de tomber à terre. Deux robots de sécurités l'emmenèrent dans les partis privés du casino. Le groom retourna quelques minutes après à la table de pok-jack.
« Madame, messieurs; votre ami a dû partir pour une affaire urgente. Il vous prie de bien vouloir l'excuser pour l'abandon de la partie. Pour la peine ses gains seront redistribués entre vous.
- Et [censure]; cria le Thugs ! Il va falloir tout recommencer!
- Allons voyons, poursuivit le banquier. J'imagine que vous n'auriez rien eu.
- Est-ce qu'il est possible de voir la main du déserteur, demanda l'homme d'affaire de Marcadia?
- Je suis désolé monsieur, répondit le croupier, mais la politique de la maison interdit de révéler la main d'un joueur lorsqu'il s'est couché.
- Même pour ça, lui dit-il en lui envoyant trois jetons de 5000 boulons?
- Évidemment dans des circonstances exceptionnelles, des mesures exceptionnelles s'imposent, dit-il en glissant discrètement les jetons dans une poche dérobée de sa veste… Avec tout le respect que je vous dois; nous aurions tous été battu. Il avait de quoi aligner le coup le plus puissant : un Black Flush Royal. »

Plus tard notre espion se réveilla dans une cellule. Ses pensées étaient confuses. Le choc reçu lui avait mis ses données à tout vent. Il devait défragmenter ses dossiers mémoire. Autrement dit, il avait un terrible mal de tête.
« Clank, est-ce que ça va? »
Le petit robot se mit à regarder autour de lui. Il était dans une cellule avec Qwark dans un des postes de sécurité du casino.
« Ça peut aller, répondit-il. Mais comment sommes-nous arrivé ici?
- Tu ne te rappelle plus de rien?
- Non. Du tout.
- Whao ! Je ne pensais pas qu'on pouvait sonner un robot à ce point.
- Capitaine, je vous en prie. Venez-en aux faits !
- Faut me comprendre ! Ça doit bien faire au moins une demi-heure que je suis là et 20 minutes qu'ils t'ont amenées ici.
- Qui ça "ils"?
- La sécurité du casino pardi ! Ils sont venus me voir parce que j'avais gagné à la machine à sous afin de m'échanger mes boulons contre un chèque.
- Attendez… Vous avez gagné à ce type de jeu?
- Eh oui, qu'est-ce que tu crois ! Mais ces types m'ont emmené ici à la place de me donner mon argent. Ils m'ont dit que j'avais triché ! Tu imagines, ça?! Moi, le capitaine Qwark, tricher?
- Ça ne m’étonnerait même pas, laissa échapper Clank d'un air blasé.
- Je te jure que ce n'était pas intentionnel. Ils m'ont dit que je devais utiliser des boulons de Bogon au lieu de ceux de Solanna et que je n'aurais pas due frapper la machine à sous. Un serveur m'a balancé !
- En tout cas ça ne m'explique pas pourquoi ils m'ont amenés ici de cette façon.
- Ils ont peut-être pensé que tu trichais aussi.
- Qwark, sachez une chose. Je ne triche et ne perds jamais. »

Notre espion avait les données par-dessus dessous. Ils ont dû utiliser une matraque IEM se dit-il. Tout en essayant d’évaluer la situation dans laquelle il se trouvait, Clank commença à observer sa cellule. Trois murs blindés en raritanium complétés par un champ de force les retenaient prisonniers. Il n’y avait pas de fenêtre et la grille d’aération était trop petite pour que Clank puisse s’y faufiler. Bien entendu tous les gadgets de notre agent avaient étés confisqués par la sécurité. Tous? Non. Il restait le nœud papillon Taille-Un-Short ! Clank pourrait s’en servir pour court-circuiter un panneau de contrôle ce qui leur permettrait de sortir de leur cellule. Malheureusement, toute cellule bien construite ne laisserait jamais un poste de contrôle à portée de détenue. Dans sa situation Clank remarqua ce qui semblait être le système de désactivation de leur champ de force sur le mur opposé du corridor longeant sa cellule.
« Que cherches-tu à faire avec ce nœud papillon Clank, demanda Qwark? On est en cellule ; ce n’est pas la peine de te faire beau pour ces dames.
- A vrai dire Qwark, ce nœud papillon vous a déjà sauvé d’une fâcheuse rencontre avec B.A.R.N.E.Y.
- Pardon ?
- Je parle de votre Biographe Auteur Robot Narrateur Ecrivain et Yogi qui vous suivait durant votre dernier voyage. Le fait est que ce gadget pourrait bien nous faire sortir d’ici si je pouvais réussi à atteindre la commande de notre champ de f… Mmm, je vous demande pardon?
- Hein, mais je n’ai rien dit, répondit le géant vert !
- Non pas vous Qwark… Chut... Bien, c’est entendu. »

Clank se mis en position de lancer devant le champ de force tandis que le capitaine tentait de comprendre sa réaction. Quelques secondes à peine après s’être préparé, la densité énergétique du champ de force fluctua. En un éclair le petit robot lança son Taille-Un-Short qui traversa un champ affaibli avant de se loger dans le boîtier de commande du mur en face de la cellule. Frappé en plein sur le bouton « off », le boitier de sécurité désactiva ce quatrième mur qui retenait les deux équipiers enfermés.
« Bingo, s’écria le petit robot !
- Bravo Clank ! Comment as-tu su que ça marcherait?
- A vrai dire une voix m’a dit qu’elle ferait en sorte d’affaiblir le champ pour que mon gadget puisse le traverser. Il ne restait plus qu’à viser juste et tirer.
- Une voix ? Tu es sûre que ton coup sur la tête ne t’a pas endommagé ? En tout cas je ne m’attarde pas plus longtemps ici. »

Les deux ex-détenus remontèrent le couloir des cellules jusqu’au poste de sécurité. Ils tombèrent nez à nez sur quatre gardes Thugs. Aussitôt une bagarre commença. Vif comme l’éclair, Clank lança son nœud papillon afin de clouer l’un des gardes à la console afin qu’il n’ait pas l’occasion de donner l’alerte. Un Thug près du géant vert tenta d’assainir un coup de matraque sur ce dernier mais fut interrompu par un coup de poing fulgurant du capitaine sur sa tête le mettant K.O. Les troisième et quatrième gardes quittèrent la table sur laquelle ils prenaient leur repas pour venir en aide à leurs collègues. Clank initia ses protocoles de Clank-Fu pour parer les deux gardes qui le chargeait. D’une main il bloquât la première matraque avant de la retirer et s’en servir pour parer la seconde. Le premier garde, désarmé, tenta d’attraper le petit robot mais ce dernier passa sous ses jambes avant de le pousser latéralement sur son collègue. Déséquilibrés, les deux tombèrent laissant le temps à Qwark de leur sauter dessus et de les écraser de tout son poids. Le dernier garde arrachât le Taille-Un-Short qui l’avait bloqué sur la console mais n’eut le temps de presser le bouton d’alarme. Une matraque lancée avec précision vint lui percuter la tempe, le faisant tomber dans les pommes. Le géant vert profita de sa position pour attraper la dernière matraque et mettre hors d’état les deux gardes qui lui servaient de coussin. Le tout s’était déroulé très vite et de manière relativement silencieuse. Clank était très surpris par l’efficacité de son coéquipier. Seul il aurait pu se charger des quatre gardes sans problème mais l’intervention de Qwark lui rappela les aventures avec Ratchet où les deux compères se soutenaient dans n’importe quelles situations. Cette pensée le rempli de nostalgie.

« Qwark, vous m’impressionnez. Finalement avec un peu de motivation vous pouvez vraiment faire de grandes choses. Il est vrai que nous n’avions que quatre gardes à maîtriser mais j’apprécie vraiment votre soutient qui n’est pas sans me rappeler mon expérience avec Ratchet où nous… Qwark ? Vous m’écoutez ? »
Le capitaine était parti dans un angle du poste de sécurité regarder une caisse. A vrai dire il l’avait repéré dès son arrivé dans la pièce. En même temps comment ne pas la rater vu comment elle était repli de boulons. Il y en avait tellement que cela formait un petit tas sur le sommet.
« C’était donc là qu’ils t’avaient mis, s’exclama Qwark en lorgnant sur ses gains ! Tant pis pour le chèque, je vais t’embarquer tel quel. Clank, lançât-il au petit robot, t’aurais pas un attrape-boulons fonctionnel ?
- Voici donc ce qui vous a poussé à vous battre ! L’argent, toujours l’argent, soupira Clank. J’ai crus un instant que vous pouviez faire de grandes choses en étant désintéressé ; comme nous faisons Ratchet et moi.
- Allons Clank, il faut bien des boulons pour vivre ! Ne vas pas me dire que ton ami à poils ne combat que pour l’honneur et le prestige ? D’accord c’est bien mais l’argent c’est mieux. Puis comment s’achèterait-il toutes ses armes s’il n’avait pas autant de boulons ? En tout cas ceux-là sont à moi je les ai gagnés au jeu ! J’en ai besoin pour mon prochain Holo-film.
- Soyez raisonnable Qwark, tout ne se résume pas à l’argent dans la vie. De toute façon je n’ai pas d’attrape boulons sur moi et vous ne pourrez pas sortir d’ici avec cette caisse qui est trop encombrante et trop voyante.
- Tu as raison, souffla le capitaine. Et si tu inspectais cet ordinateur pour nous trouver une sortie ? Je n’ai pas envie de retourner en cellules. Si mes fans l’apprennent ma popularité en prendrait un sacré coup !
- Ça ne serait pas la première fois. »

Clank regarda l’ordinateur de la console de contrôle et découvrit un plan détaillé des installations ainsi qu’un fichier inventaire des objets confisqués aux prisonniers. « Nous allons pouvoir récupérer nos affaires » se dit-il. Un lot d’armoires était disposé le long du mur gauche de la console où Clank, muni des codes de déverrouillage pus récupérer ses gadgets.
« Qwark, si vous voulez récupérer les clés de votre vaisseau c’est par ici. » dit-il en se retournant vers le géant vert. Ce dernier se tenait avec un grand sac sur le dos entre la console, la table de repas et la caisse de boulons… vide.
« J’n’y crois pas, soupira le petit robot, il m’a fait le coup de la nappe.
- Merci Clank, dit le géant vert en passant sa main par-dessus le robot pour récupérer les clés dans l’armoire. C’est sure que ça sera plus pratique pour démarrer le vaisseau et repartir avec le pactole !
- Si on y arrive sous condition que votre sac de fortune résiste au poids de vos gains durant le trajet, dit Clank résigné. Juste par curiosité, comment avez-vous pu prendre cette nappe sans rien renverser ?
- Cela s’appelle le talent Clank. Toi tu as tes gadgets et moi la dextérité de mes poings d’acier !
- Si vous le dite Qwark. Si vous le dite… Bien maintenant que nous sommes dans l’envers du décor que diriez-vous de continuer notre enquête ? »



Comments (0)